Yves Davila

Post-doctorant - Institut Universitaire de Technologie en Génie Mécanique et Productique de Toulouse (IUT GMP)
Membre du groupe Matériaux et Structures Composites (MSC)
BR2 009, Espace Clément Ader, 3 rue Caroline Aigle
31400 Toulouse
 
    (recherche)
Activités de recherche :


2016 – 2018 Projet ANR ASTRID BLAST (vulnéraBiLité  et  efficAcité  des  Structures  composites aux effeTs de souffle) – PostDoc


Étude d’une solution innovante de surprotection de plancher pour vehicles militaires de faible tonnage. 

2015 – 2016 Projet IDEX UNITI WAALS (Wide Analysis of interActions between poLymer chain links and Structure loads) – PostDoc


The ambition of WAALS project is to contribute at long term to assess the bonding capability to evenly transfer the loads between the composite repair and the structure in a non-invasive manner (i.e. embedding optical fibres or piezoelectric sensors at the core of the structure). The main goal is to develop a "reading" capacity at the interior of the adhesive joint between two composite substrates, and to generate maps of property variations through the bonded area. In order to achieve this reading capacity, a set of "markers" will be embedded into the adhesive joint. These markers will allow the generation of maps where the adhesive joint is subject to significant material property degradation that, eventually, could lead to the catastrophic failure of the repair. However, as minimum requirement, the introduction of these markers should not degrade the bonding performance, and in a best case scenario, they could also lead improvements of the overall repair performance, either by increasing the adhesion between the joint and the substrate, or by improving the cohesive properties of the adhesive. 


Thèse : Étude multi-échelle du couplage matériau-procédé pour l'identification et la modélisation des variabilités au sein d'une structure composite (soutenue en janvier 2015)


Résumé: Une des problématiques liées à  l'utilisation des matériaux composites dans les structures tient à  la difficulté de prévoir l'effet des variabilités inhérentes à  ce type de matériau sur le comportement mécanique. Les propriétés d'une structure composite dépendent non seulement du procédé, mais aussi des matières premières et des choix de conception. Dans le but d'introduire des variabilités géométriques dans le calcul numérique des pièces composites, on part dans ce travail de l'hypothèse que les variations des grandeurs géométriques ne sont pas distribuées totalement aléatoirement, mais que celles-ci suivent des évolutions spatiales continues. Pour que les valeurs d'entrée qui nourrissent le modèle numérique soient basées sur la réalité du matériau, l'identification et la quantification des plages de variabilités et de leurs évolutions sont réalisées sur la période de la fabrication de plaques composites CFRP comptant ici 16 plis avec une stratification quasi isotrope et polymérisées en autoclave. Parmi les sources de variabilité identifiées et quantifiées, l'étude de la répartition des désalignements des fibres dans le plan et de l'évolution des variations des épaisseurs des plis a mené à  la proposition de lois mathématiques d'évolution spatiale basées sur la réalité du matériau dans la pièce. Ces lois mathématiques sont ensuite utilisées pour récréer numériquement plusieurs structures composites différentes de la structure observée mais qui possèdent des valeurs de dispersions des propriétés similaires aux plaques réelles. Enfin, les structures numériques sont analysées dans un modèle éléments finis pour évaluer l'impact des dites variabilités géométriques et matériaux sur les propriétés mécaniques de la structure finale au travers de plusieurs études de cas.
Mots-Clés: Matériaux composites, variabilité, procédés, modélisation, autoclave